La croisée des chemins : déjà ?

Publié le


Après seulement une demi-douzaine de kilos perdus, je me retrouve déjà à la croisée des chemins. Celle d'avoir à choisir entre la lutte psychologique ou la lutte armée. En ce dont je crois ou en ce que l'opinion générale peut croire. Je savais qu'un jour ou l'autre, j'aurais du à faire un choix, ce moment approche et je suis dans l'incertitude.

Je consulte depuis 2004 celui que j'aime appeler "mon psy". Ce n'en est pas vraiment un mais il m'a énormément aidé psychologiquement. Je ne suis particulièrement atteint mais ce n'est pas forcement facile d'être obèse dans un amphi de 1000 personnes où la très majeure partie m'est totalement inconnue. J'avais besoin de parler à quelqu'un. Médicalement, son créneau c'est l'anti-régime. Pas qu'il soit adepte de l'obésité mais il combat tous ces régimes diététiques qui ne mènent à rien. Selon lui, on grossi parce qu'on mange en dépassant son point de satiété. Avant ce point, on ne prend pas de poids. En gros, tu peux manger ce que tu veux du moment que tu manges seulement quand tu as vraiment faim et que tu t'arrêtes quand tu n'as plus faim. Ce dernier point est particulièrement difficile à atteindre. Mais l'ai-je vraiment fait sérieusement ? J'ai du mal à me concentrer véritablement sur ce que je mange et sur ma manière de le faire. J'ai tendance à me comparer à une bête dénuée de sens lorsque que je me mets à table. Mais bon, voilà après près de 4 années de travail avec ce médecin, je lui ai avoué ma décision de poursuivre mon régime. Ce contre quoi on se bat depuis ces nombreuses séances. 

De nombreuses séances qui m'ont fait énormément avancer. D'un point de vue sociale. On parle beaucoup, pas seulement de comportement alimentaire. Il m'a aidé. Avant, j'avais peur de ce que pouvais penser les autres de moi. Me résumait-il qu'à un gros ? Pourrait-il être ami avec moi ? Se moque-t-il de moi ? Et toutes sortes de questions qui peuvent paraitre idiotes pour une personne lambda mais que seuls les gros peuvent comprendre. Aujourd'hui, grâce à lui, j'ai une vie sociale dont je suis fier. J'ai de véritables ambitions. Il sait des choses dont personne d'autre n'est au courant. Enfin voilà, 4 ans qui m'ont été très bénéfiques. Dieu seul sait aujourd'hui où j'en serais aujourd'hui sans ses services.

Mais du côté du poids, ce n'est pas toujours ça. Manque de motivation ? Sans doute. On m'a forcé la main pour que j'aille le consulter. Si un jour il lit ces lignes, je lui conseille d'ailleurs de ne jamais prendre de mineurs souvent forcés par leurs parents. Bref, je n'y suis jamais vraiment arrivé. J'ai longtemps hésité avant de retourner le voir ces derniers jours. Mais une personne de ma famille, le consultant aussi, m'y a convaincu pour ne pas le regretter après, pour savoir ce dont il pensait de ma décision. Et évidemment, il a été contrarié. C'est une sorte de désaveu pour lui, je peux le comprendre. J'ai adhéré, et je continue à adhérer, à sa méthode mais après 4 ans le constat est sans appel, je n'ai jamais réussi à perdre du poids (non par sa faute, je le répète), j'en ai même pris 15. 15 en 4 ans, c'est beaucoup beaucoup moins que ce dont j'avais l'habitude ces dernieres années. C'était plutôt 15 par an. Mais c'est déjà trop, je vous le concède.

Il me dit de saisir la chance de cette nouvelle motivation pour enfin suivre ces préconisations. Lors de cette ultime séance, nous avons pu enfin parler franchement. Selon lui, je souffre d'hyperplasie adipocytaire. Pour résumer ce que j'ai compris, c'est une maladie du tissu adipeux (glande impliquée dans le stockage de la graisse) qui se multiplierait chez moi plus rapidement que chez un patient dit "normal". Et là où le bas blesse c'est que cette maladie impliquerait une obésité à vie. En effet, il n'y aucun traitement aujourd'hui pour en venir à bout. L'obésité est dû généralement à cette hyperplasie adipocytaire accouplé à l'hypertrophie adipocytaire classique. On peut lutter contre cette dernière en changeant de comportement alimentaire. Il y a, selon lui, aucune chance pour que je puisse me stabiliser à 90 kg. Je dois faire un choix entre l'espoir, même fou, de pouvoir atteindre ce poids et le choix réaliste, allez vers l'acceptation de mon poids et essayez de perdre ce qui est perdable.

Je suis à la croisée des chemins. Quelle voie choisir ? La voie diététique ou la voie de mon médecin ? A l'heure d'aujourd'hui, j'aurais tendance à laisser une dernière chance à la voie classique, celle du régime que je suis en ce moment. Mais je doute. Pourquoi suivre la passion plutôt que la raison ? Je sais, au fond de moi, qu'il a sans doute raison. J'atteindrais peut-être un jour mon objectif mais qu'en sera-t-il un an après ? En serais-je retourné à mon poids initial ? Me le pardonnerais-je ? Retrouverais-je un jour ma motivation d'aujourd'hui ? Continuer à suivre mon régime signifie arrêter de voir mon médecin. Et si j'abandonne mon régime dans 2-3 mois, me reprendra-t-il ? J'en doute ou enfin je ne sais même pas si j'en aurais le courage. Je prends un risque mais je dois jouer cette carte. Je ne peux me résoudre à m'accepter tel que je suis sans livrer mes dernières forces dans le combat de ma vie. Je ne veux pas gacher ma motivation en retrouvant une alimentation normale qui pourrait tout anéantir. Je peux encore changer d'avis mais pour l'instant je suis ma ligne de conduite. Si j'arrive à surmonter cela peut-être que ça m'aidera à surmonter les autres épreuves qui m'attendent. Là, je dois encore lui annoncer ma décision et c'est loin d'être la chose la plus aisée qui m'ait été donné de faire. J'en reparlais plus tard probablement.

Publié dans Régimes

Commenter cet article

rose 12/05/2008 15:17

Salut!
Peut-être la maladie dont parle votre "psy" est-elle diagnostiqué pour masquer l'echec de sa methode sur vous (vous n'avez pas la dite hyperplasie, mais bien il s'agit de son amour propre blessé). Je ne sais rien. Par contre, votre regime est brutal! J'ai perdu tout le poids du monde en changeant mon rapport emotif à la norriture avec un psychanalyste de la sociéte psychanalytique de paris -le freudiens pur et durs-.
En fin,
bonne chance,
rose

Alex 06/01/2008 06:31

Ton histoire me touche. Quoique tu puisses en penser, ton objectif est tout à fait réalisable. 70kg en 36mois, c'est environ 2kg par mois, ca fait une moyenne très correcte. J'ai moi-même perdu 20kg à 20ans (de 85 à 62kg) et ca juste en m'étant mis au roller. Le revers de la médaille c'est qu'il faut entretenir. Pendant 2 ans je suis resté bien, mais cette année j'ai fais le con, j'ai eu des tas de soucis de tous genre et je me suis mis a manger comme quand j'étais jeune, le paquet de chip le soir par exemple. La dernière fois, j'ai mangé un paquet de lardon en pleine nuit, chose que je faisais étant jeune devant la télé. Mais là, je me suis auto-dégouté, je suis aller me faire vomir ca, c'était la première et la dernière fois que je me suis fait vomir volontairement pour un excès. Je me suis juré de ne plus jamais recommencer. Depuis je me reprends en main, là j'ai perdu 3kg cette semaine, c'est bien, mais faut entretenir, faut y penser de temps en temps. J'aime bien manger, je ne pourrai pas faire un régime comme tu le fais. Je fais juste attention à la quantité, et j'essaye de dépenser de l'energie inutilement. Ca peut paraitre con, mais là par exemple en écrivant ce message, je suis en train de contracter mes abdos volontairement, ca chauffe, c'est bien, c'est signe de dépense énergétique. Et tu peux le pratiquer n'importe où n'importe quand. Dès que tu en a envie et que tu y pense. Ca ne remplace pas une vraie activité sportive, mais c'est une dépense de calories comme une autre. Tu peux manger normalement, mais en quantité raisonnable, et dépenser tout de suite (au moins 30min après) les sucres rapide. Comme ca ton corps est obligé de travailler pour transformer les sucres lents et les bruler.
Bref, tout ca pour te dire que je te soutiens à 100% dans ton projet. La motivation c'est bien, mais la privation c'est le pire ennemis. Impose toi des objectifs qui restent dans la limite du "fais-toi plaisir" et non pas du "fais-toi mal". Respecte ton corps et ton corps te le rendra.
Sincèrement.
Alex. 23ans 1m68 78kg

Blogmaster 29/01/2008 23:45

Merci bcp pour ton message Alex ! Mon problème est que j'ai trop "fait plaisir" à mon corps ces dernieres années. La preuve en est que j'ai dépassé les 160 kg, il faut que je rééquilibre la balance en me privant. Je me compare souvent à un délinquant. J'ai déconné sur ce point là, j'ai exagéré, je dois payer les dégats. J'ai deux ans de pénitance, c'est pas si énorme et pas si contraignant. Je remangerais normalement un jour mais bn, j'ai trop de retard pour ça!Encore merci pour tes conseils ;-)